Un an jour pour jour après l’annonce du lancement de son projet LMP1 avec Dallara, BR Engineering et son dirigeant Boris Rotenberg ont dévoilé la BR1 à Bahreïn, en marge de l’ultime manche de la saison du WEC.

Conçu par le constructeur italien Dallara, le prototype LMP1 russe sera engagé durant la super saison du championnat du monde d’endurance, par les équipes SMP Racing et DragonSpeed. Si le SMP Racing est impliqué depuis le début du projet aux côtés du BR Engineering, DragonSpeed a annoncé son arrivée dans la catégorie LMP1 en 2018 il y a seulement quelques semaines.

La BR1 présentée à Bahreïn le 17 novembre

Troisième des 24 heures du Mans en catégorie LMP2 et du championnat ELMS en 2016, SMP Racing engagera deux châssis BR1 durant la super saison 2018/2019 du FIA WEC. Les pilotes sous contrat avec le SMP Racing Vitaly Petrov, Sergey Sirotkin, Mikhail Aleshin, Victor Shaitar et Kirill Ladygin ont largement contribué au développement de la BR1, en effectuant plus de 1000 km d’essais et cent soixante-treize sessions sur simulateur.

Trois types de motorisations possibles pour le prototype LMP1 BR1

BR Engineering est le premier constructeur à présenter son prototype LMP1 pour la super saison 2018/2019 du FIA WEC. Cette présentation fait suite à l’annonce de Ginetta, selon laquelle le constructeur anglais aurait reçu une commande de trois châssis pour la super saison 2018/2019 alors que l’équipe Manor TRS Racing engagera pour sa part deux autos fournies par la firme de Leeds.

la BR1 en séance de roulage

La BR1 pourra recevoir trois types de motorisations : le moteur AER V6 biturbo de 720 chevaux, le Gibson V8 LMP1 de 700 chevaux et le bloc moteur Mecachome. A partir de la super saison 2018/2019 du WEC, une équivalence de technologie sera mise en place entre les moteurs turbocompressés et atmosphériques, pour permettre un alignement du niveau de performance des prototypes LMP1 non-hybrides et hybrides.

Rédigé à partir du communiqué de BR Engineering

Crédits photos : BR Engineering

A propos de l'auteur

Né au Mans à la fin des années soixante-dix, j’ai attrapé le virus de l’automobile et des sports mécaniques dès mon plus jeune âge. Passionné par les médias, l'image et ayant la fibre éditoriale, créer un blog auto s’imposait comme une évidence.

Laisser un commentaire