Peugeot et Rebellion : une alliance redoutable ?

4

Peugeot et Rebellion joindront leurs forces pour construire un programme commun, en vue du retour du Lion en Championnat du Monde d’endurance et aux 24 Heures du Mans, à l’horizon 2022, avec un prototype hybride en catégorie Le Mans Hypercar. Focus sur le parcours de ces deux acteurs clés de l’endurance.

Mettez ensemble dans le même stand le constructeur Français le plus titré au Mans au cours de ces trente dernières années et l’équipe privée la plus en vue de la dernière décennie : vous obtiendrez à coup sûr un sérieux prétendant à la victoire aux 24 Heures du Mans et en Championnat du Monde d’endurance, capable de rivaliser avec Toyota et Aston Martin Racing.

Même si peu d’informations ont pour l’heure été dévoilées concernant le rôle dévolu à chacun des partenaires, on sait désormais que le groupe technique définira les grandes lignes du projet dès janvier 2020. Constituée par Peugeot Sport et Rebellion Racing, l’equipe dédiée au programme sera localisée à Versailles-Satory. Avant d’en savoir un peu plus sur cette association inédite et les caractéristiques techniques du futur prototype hybride répondant à la réglementation Le Mans Hypercar, revenons sur les succès passés de ces deux équipes en endurance.

Peugeot : un nouveaux chapître aux 24 Heures du Mans

Une année pour apprendre, deux années pour gagner. En 1992, sous la houlette de Jean Todt, la marque au lion frappait un grand coup, en s’adjugeant la victoire finale aux 24 Heures du Mans et dans le Championnat du Monde des voitures de sport, pour sa seconde année à temps plein dans la discipline – La première version de la 905 avait participé aux deux dernières manches de la saison 1990. L’histoire retiendra que Yannick Dalmas, Derek Warwick et Mark Blundell auront été les premiers à faire triompher Peugeot aux 24 Heures du Mans, grâce à la 905 et son fabuleux V10 3.5 L atmosphérique.
En 1993, alors que le Championnat du Monde a disparu, le Lion domine de nouveau Toyota aux 24 Heures du Mans, en plaçant sa Peugeot 905 Evo 1B aux trois premières places. La victoire reviendra cette année là à Eric Helary, Christophe Bouchut et Geoff Brabham. La mieux classée des TS010 terminera 4e, à plus de 10 tours du leader.
Peugeot 905

La Peugeot 905 Evo 1B de Geoff Brabham, Eric Helary et Christophe Bouchut, victorieuse au Mans en 1993 – Crédit photo : Auto et Styles

En 2007, une nouvelle ère s’ouvrait pour Peugeot en endurance. Alors dirigée par Bruno Famin, l’entité sportive du constructeur français restait sur trois titres constructeurs et deux titres pilotes acquis en Championnat du Monde des rallyes, entre 2000 et 2002.
Avec la 908 HDI FAP, un prototype répondant à la réglementation LMP1, et doté d’un moteur diesel, la marque française s’imposait dans le championnat Le Mans Series dès sa première participation en 2007. S’ensuivra un doublé aux 24 Heures du Mans en 2009, la n°9 d’Alexander Wurz, Marc Géné et David Brabham devançant la n°8 de Stéphane Sarrazin, Sébastien Bourdais et Franck Montagny. La firme de Sochaux glanera ensuite deux titres en Intercontinental Le Mans Cup, en 2010 et 2011, remportant des épreuves prestigieuses comme Petit Le Mans et Sebring, sans toutefois réussir à s’imposer de nouveau aux 24 Heures du Mans face à l’ogre Audi.
A compter de 2022, Peugeot écrira donc une nouvelle page de son histoire en Championnat du Monde d’endurance et aux 24 Heures du Mans, avec une hypercar dotée d’une motorisation hybride… et le concours de Rebellion. Cet engagement accompagnera aussi les lancements de Peugeot Sport Engineered. L’image présentée en tête de cet article donne un premier aperçu du possible design de l’auto.

Rebellion Racing : l’expérience et la passion de l’endurance

Plus jeune en endurance mais tout aussi expérimenté que le Lion, le Rebellion Racing a acquis ses lettres de noblesse dans la discipline au cours de la décennie écoulée. Après l’obtention du titre LMP1 en Le Mans Series en 2011, l’équipe helvétique s’est tout simplement adjugée à cinq reprises le trophée de Champion FIA Endurance LMP1 Team, en autant de participations, entre 2012 et 2016.

En 2018, après une saison en LMP2, qui lui valut l’obtention d’un nouveau sacre mondial, Rebellion faisait son retour dans la catégorie reine de l’endurance. L’équipe suisse pouvait compter sur l’expertise du constructeur français Oreca, concepteur de la LMP1 Rebelion R13, une auto avec laquelle le team helvétique terminera à la deuxième place du championnat constructeur, derrière l’intouchable Toyota Gazoo Racing. L’équipage de la n°3, composé de Thomas Laurent et Gustavo Menezes, s’adjugera même la manche de Silverstone, sur tapis vert, après être monté sur la 3e marche du podium au Mans, avec Mathias Beche.

Rebellion R13 Le Mans 2018

La Rebellion R13 n°3 de Thomas Laurent, Gustavo Menezes et Mathias Beche, 3e des 24 Heures du Mans et du Championnat du Monde d’endurance 2018-2019 – Crédit photo : Auto et Styles

Le Rebellion Racing ne parviendra pas à rééditer son exploit lors de l’édition 2019 des 24 Heures du Mans, ultime manche de la Super saison du Championnat du Monde d’endurance 2018-2019. Après deux tours d’horloge, les deux R13 étaient devancées à la régulière par la plus rapide des BR1 du SMP Racing. Une déception bien vite oubliée puisque le 10 novembre 2019, lors des 4H de Shangaï, Rebellion remettait les pendules à l’heure en remportant la victoire finale au nez et à la barbe des deux Toyota TS050 Hybrid. Une première victoire “à la régulière” face au géant nippon qui pourrait en appeler d’autres.

Crédit photo (image de UNE) : Peugeot

 

A propos de l'auteur

J'ai créé Auto et Styles en 2016, pour partager ma passion de l'automobile et des sports mécaniques avec le plus grand nombre.

4 commentaires

  1. Super article Jean-Charles!!! Trop hate de voir ce que Peugeot et Rebellion vont nous faire. En attendant, je regarde la 905 et son fabuleux V10. Mais la Mazda 787 reste encore dans une categorie a elle toute seule.

    • Hello Arturo !
      Merci beaucoup pour ton message. Le V10 atmosphérique Peugeot était vraiment une pure merveille ! Mes tympans en gardent d’ailleurs un souvenir ému 😉 Quant à la victoire de Mazda avec la 787B en 1991, ce fut vraiment un authentique exploit. A l’époque, les moyens de Mazda étaient bien inférieurs à ceux de Nissan et Toyota, qui se battaient également pour devenir le 1er constructeur japonais à s’imposer aux 24 Heures du Mans. La fiabilité du moteur rotatif, l’expertise d’Oreca, qui exploitait les autos, et le trio de pilotes talentueux (Herbert-Gachot-Weidler) ont fait des miracles cette année là, face à Jaguar, Mercedes, Peugeot, j’en passe et des meilleurs.

Laisser un commentaire