A l’occasion du 88e Salon International de l’Automobile de Genève, McLaren Special Operations (MSO) présentera sa nouvelle supercar dans une livrée fibre de carbone : la McLaren Senna Carbon Theme.

La McLaren Senna Carbon Theme illustre l’un des cinq thèmes développés par le département customisation de McLaren Automotive pour sa supercar. Pour l’heure, le carbone est le seul des cinq thèmes à être matérialisé sous la forme d’une supercar puisque les quatre autres thèmes seront présentés à Genève uniquement au format numérique.

La carrosserie en fibre de carbone est l’élément central du thème « Carbon Theme by MSO » de la McLaren Senna. Composée de 67 pièces, la fabrication de cette carrosserie a nécessité 1000 heures de production. La McLaren Senna Carbon Theme utilise par ailleurs le Solar Yellow et le Laurel Green, un duo de couleurs qui fait naturellement écho à la livrée du casque d’Ayrton Senna. Le prodige brésilien a été sacré trois fois Champion du Monde de Formule 1 au volant d’une McLaren, en 1988, 1990 et 1991.

McLaren Senna Carbon Theme : des détails de couleurs qui rappellent le casque du champion brésilien

Si les seuils extérieurs, l’aileron arrière, les lames avant et la bande centrale en cuir du volant de la supercar anglaise utilisent le jaune Solar Yellow, le vert Laurel Green a été privilégié pour les étriers de freins et les vérins à gaz des portes, les surpiqûres des finitions en Alcantara® Carbon Black pour les sièges, les intérieurs des portes et les structures avant et arrière.

Le S, emblême de la mythique marque Senna est présent sur les appuie-têtes des deux sièges, sur l’un des garde-boue avant et sur les plaques finales de l’aileron arrière. Sur ce dernier élément, le S est repris en fibre de carbone visuelle avec finition satinée. Ce résultat est obtenu après intégration d’un logo à finition mat dans le panneau en fibre de carbone brillante.

Les 500 exemplaires de la McLaren Senna assemblés à la main par le centre de production de Woking

McLaren Senna Carbon Theme Lames Avant

Les personnalisations introduites sur la McLaren Senna Carbon Theme font tout de même grimper le prix de l’auto d’environ 350 000 € pour le marché français. Rappelons que les 500 exemplaires de la McLaren Senna, commercialisée 930 000 € ont déjà trouvé preneurs. Tous les exemplaires seront assemblés à la main par les spécialistes du McLaren Production Centre de Woking, au cours d’un processus qui dure presque 300 heures.

Pour rappel, la McLaren Senna propose des performances à couper le soufle. Propulsée par un V8 4,0 litres muni de deux turbocompresseurs à double étage délivrant 800 chevaux à 7250 tr/min, la Senna atteint les 340 km/h et réalise le 0 à 100 km/h en 2,8 secondes, grâce à ses 800 kg d’appuis aérodynamiques.

Vers un retour de McLaren en endurance et aux 24 Heures du Mans ?

Dans son communiqué, McLaren a précisé qu’une annonce surprise serait faite à l’occasion de la conférence de presse qui se tiendra dans le cadre du Salon International de l’Automobile de Genève, le 6 mars prochain, à partir de 10h45 heure locale. Depuis cette annonce, les spéculations vont bon train sur le web.

La firme de Woking annoncera t-elle son grand retour en endurance, 23 ans après l’obtention de son seul et unique succès en terres mancelles ? Depuis plusieurs mois, McLaren laisse entrevoir la possibilité d’un come back aux 24 heures du Mans. Reste à savoir si ce retour se fera en LMP1, en catégorie GTE ou, à partir de 2020, avec un modèle dérivé d’une hypercar, dans le cas où la nouvelle réglementation prévoirait la réintroduction une catégorie similaire au GTP de la fin des années 90.

Au cours des derniers mois, plusieurs constructeurs ont dévoilé des autos ou des concepts taillés pour une telle catégorie. On pense notamment à la Mercedes AMG Project One et à la Toyota GR Super Sport Concept. Et l’on sait qu’Aston Martin, dont la Valkyrie se dévoilera sur piste en 2021, pourrait aussi être intéressé par un tel challenge.

Crédits photos : McLaren Automotive Limited

 

A propos de l'auteur

Né au Mans à la fin des années soixante-dix, j’ai attrapé le virus de l’automobile et des sports mécaniques dès mon plus jeune âge. Passionné par les médias, l'image et ayant la fibre éditoriale, créer un blog auto s’imposait comme une évidence.

Laisser un commentaire