Les organisateurs du GP de France ont présenté, le 6 septembre, l’identité visuelle de l’événement ainsi que les modifications qui seront apportées au circuit Paul Ricard, en vue du retour de l’épreuve au calendrier du championnat du Monde de Formule 1, le 24 juin 2018.

Après dix ans d’absence, le GP de France figurera l’an prochain au calendrier du Championnat du Monde de Formule 1, sous l’appellation officielle 2018 Formula 1 Grand Prix de France Le Castellet. Ce revival du Grand-Prix de France a été rendu possible grâce à la constitution d’un groupement d’intérêt public (GIP), composé de la région PACA, son actionnaire principal, la Métropole Nice Côte-d’Azur, Toulon Provence Méditerranée, le département du Var, la CCI du Var, l’agglomération de communes Sud Sainte-Baume ainsi que la société Excelis qui est propriétaire du circuit du Castellet.

“Le logo incarne l’image France en même temps que le sport automobile et la Formule 1, avec une sorte de regard tourné vers l’avenir. C’est tout simplement le symbole d’un beau défi”, a commenté Christian Estrosi, Président du GIP Grand Prix de France de Formule 1 – Le Castellet.

Le tracé du circuit Paul Ricard revu et corrigé pour le GP de France

Pour mener à bien ce projet, le promoteur s’appuie sur l’expertise technique des équipes de Spa-Francorchamps. Des travaux conduits sur le circuit Paul Ricard, long de 5,8 Km, permettront par ailleurs d’aboutir à un nouveau tracé. La piste sera élargie en entrée et/ou en sortie, au S de la verrerie, au virage du camp, et à la fin du troisième secteur au virage du pont alors que la ligne droite du mistral sera coupée en deux par une chicane. Ces modifications sont le fruit d’une réflexion conduite par le GIP, le circuit du Castellet, la FIA, la FOM et différents spécialistes.

 

Le tracé du circuit Paul Ricard dans sa configuration GP de France de Formule 1 2018

 

En 2001, le tracé du Castellet avait déjà été modifié, pour offrir de nombreuses configurations. Un an plus tard, le Paul Ricard High Tech Test Track innovait avec la mise en place de run-off, des lignes abrasives favorisant la décélération d’un véhicule, en lieu et place des traditionnels bacs à graviers. Au-delà de constituer un nouveau standard en matière de sécurité, ce parti-pris technique a contribué à définir une nouvelle identité pour le site varois.

Un budget de 30 millions d’euros pour le Grand Prix de France

Le budget du GIP, d’un montant de 30 millions d’euros, est composé, en partie, de fonds publics, à hauteur de 14 millions d’euros. Cet investissement devrait être compensé par les retombées touristiques et économiques, qui devraient avoisiner les 65 millions d’euros pour la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Autre élément primordial de ce projet, la billeterie du Grand Prix de France de Formule 1 devra permettre de récolter 16 millions d’euros. L’ouverture de la billeterie est prévue à la mi-novembre. L’objectif des organisateurs est d’accueillir 70 000 spectateurs.

Rédigé avec le communiqué de presse de l’organisateur

Crédits : 2018 Formula 1 Grand Prix de France Le Castellet

A propos de l'auteur

Né au Mans à la fin des années soixante-dix, j’ai attrapé le virus de l’automobile et des sports mécaniques dès mon plus jeune âge. Passionné par les médias, l'image et ayant la fibre éditoriale, créer un blog auto s’imposait comme une évidence.

Laisser un commentaire