Dimanche prochain, Fernando Alonso tentera d’inscrire son nom au palmarès des 500 Miles d’Indianapolis. Engagé sous la bannière McLaren-Honda Andretti Autosport, le pilote espagnol s’élancera de la 2e ligne de la grille de départ, après avoir signé le 5e chrono des essais.

En remportant la mythique épreuve des 500 Miles d’Indianapolis, Fernando Alonso franchirait une nouvelle étape en vue de l’obtention de la triple-couronne : Grand-Prix de Monaco, 24 Heures du Mans et 500 Miles d’Indianapolis. Le pilote espagnol a déjà coiffé la première couronne, en l’emportant dans la principauté à deux reprises, en 2006 et 2007, des victoires de rang complétées par deux titres de champion du monde de Formule 1, conquis en 2005 et 2006 avec Renault.

Depuis quelques années, l’Espagnol ne s’en cache plus, il s’est fixé comme objectif d’obtenir la triple couronne et d’égaler la performance de Graham Hill. En 2014, Fernand Alonso avait officié en tant que starter d’honneur des 24 Heures du Mans. Un an plus tard, l’actuel pilote titulaire du McLaren-Honda Formula 1 Team avait un temps été pressenti chez Porsche LMP1 Team, pour participer à la classique sarthoise au volant de la 919 Hybrid.

Zak Brawn, le directeur exécutif de McLaren, a joué un rôle déterminant dans la participation de Fernando Alonso aux 500 miles d’Indianapolis. Il faut dire qu’au-delà de la participation du pilote espagnol à l’Indy 500, la participation de McLaren à cette 101e édition constitue à elle seule un événement. La firme de Woking signera en effet son grand retour à Indianapolis, après 38 ans d’absence. Dans les années 70, la McLaren M16 avait triomphé à trois reprises dans l’Indiana, en 1972, 1974 et 1976.

Fernando Alonso peut il remporter Indy 500 dès 2017 ?

Certes, Fernando Alonso ne possède aucune expérience en IndyCar et on peut aisément penser que le fait de rouler à pleine charge sur des ovales, en peloton, constitue un exercice très délicat, même pour un double champion du monde de Formule 1 très expérimenté.

Ces faiblesses peuvent êtres gommées par le fait que les monoplaces engagées dans le championnat IndyCar utilisent toutes le même châssis (Dallara DW12). Dans ces conditions, la stratégie de course, la fiabilité et la performance du moteur – la n°29 est propulsée par un bloc Honda V6 bi-turbo de 2.2 L – ainsi que le talent du pilote sont des éléments déterminants pour espérer figurer sur la plus haute marche du podium.

Aussi, les performances réalisées par l’Espagnol depuis les premiers essais libres du 15 mai laissent à penser qu’un exploit est possible. La première séance de qualifications avait vu le pilote originaire des Asturies réaliser le 7e temps, s’immiscant ainsi dans le fameux Fast Nine.

En définitive, durant l’ultime séance de qualifications, marquée par l’accident de Sébastien Bourdais, Fernando Alonso a signé un très prometteur 5e chrono, ce qui lui permettra de s’élancer depuis la 2de ligne de la grille de départ. Des résultats plus qu’encourageants pour un rookie en IndyCar !

Rendez-vous dimanche pour savoir si Fernando Alonso aura rejoint Jim Clark, Graham Hill, Mario Andretti, Emerson Fittipaldi et Jacques Villeneuve dans le cercle très fermé des pilotes ayant remporté les 500 Miles d’Indianapolis et le titre de Champion du Monde de Formule 1 !

Remerciements à Honda Racing F1

Copyright photo : Honda Racing F1

A propos de l'auteur

Né au Mans à la fin des années soixante-dix, j’ai attrapé le virus de l’automobile et des sports mécaniques dès mon plus jeune âge. Passionné par les médias, l'image et ayant la fibre éditoriale, créer un blog auto s’imposait comme une évidence.

Laisser un commentaire