Depuis le 1er juillet 2016 et l’instauration des nouvelles mesures de restriction de la circulation, les véhicules particuliers immatriculés avant le 1er janvier 1997 sont bannis de la circulation à Paris, en semaine, entre 8h et 20h.

Cette interdiction de circuler dans Paris les jours ouvrés, de 8h à 20h, s’applique également aux véhicules utilitaires légers mis en circulation avant le 1er octobre 1997 ainsi qu’aux deux roues motorisés, mis en circulation avant le 1er juin 1999. L’entrée en vigueur de cette mesure faite suite à une autre interdiction de circulation, prise à l’encontre des poids-lourds et des autocars les plus polluants, essence et diesel, immatriculés avant octobre 2001. Cette restriction de circulation à l’encontre des véhicules lourds s’applique 7j/7 sur l’ensemble du territoire, hors boulevard périphérique, depuis le 1er septembre dernier.

Pour mettre en oeuvre sa politique de lutte contre la pollution, la Mairie de Paris s’appuie sur la loi de transition énergétique votée en juillet 2015, qui donne le droit aux communes de restreindre la circulation des véhicules pour améliorer la qualité de l’air. Des dérogations sont bien évidemment accordées pour certaines catégories de véhicules. On pense en premier lieu aux véhicules d’intérêt général prioritaires, ceux des services de police, de gendarmerie, de lutte contre l’incendie ou encore des unités mobiles hospitalières. En réalité, la liste est beaucoup plus longue puisqu’elle comporte une dizaine de catégories de véhicules dont les véhicules de plus de trente ans d’âge.

Les véhicules de plus de trente ans avec une carte grise de collection épargnés par les restrictions

Pour pouvoir circuler, ces derniers devront être utilisés dans le cadre d’une activité commerciale à caractère touristique, sous réserve de la délivrance d’une autorisation spécifique. Les véhicules avec une carte grise de collection (CGC) ne sont pas concernés par ces restrictions de circulation, ce qui n’est pas le cas des véhicules de plus de trente ans avec une carte grise normale (CGN).

Ces nouvelles mesures de restriction de la circulation ont donné lieu à de nombreuses manifestations au cours des derniers mois, un des principaux points d’achoppement concernant l’application de ces restrictions aux youngtimers. Sur son site internet, la Fédération française des véhicules d’époque (FFVE) précise toutefois que pour cette catégorie de véhicules, “les propositions d’utilisation exceptionnelle ont été jugées recevables par la Mairie de Paris, dans le cadre d’une utilisation pré-collection”. La FFVE précise également qu’une consultation devrait être lancée dans les prochaines semaines sur le sujet.

Des mesures de restriction de la circulation contestées par les associations d’automobilistes

Si la Mairie de Paris met en avant la lutte contre la pollution et l’enjeu de santé publique pour légitimer les nouvelles restrictions de circulation entrées en vigeur au 1er juillet, toujours est-il que celles-ci sont loin de faire l’unanimité auprès des Franciliens, si l’on en juge par les résultats du grand référendum pour la mobilité en Île-de-France. Cette enquête, dont la composition de l’échantillon n’est pas précisée, a été conduite par l’association 40 millions d’automobilistes, auprès de quelque 28 000 Franciliens, en mars 2016.

Les résultats montrent que plus de 70 % des sondés sont défavorables aux restrictions imposées aux véhicules dont l’immatriculation est antérieure au 1er janvier 1997. En ce qui concerne l’abaissement de la vitesse maximale à 70 km/h sur le périphérique parisien, 30 % des sondés pensent que cette mesure a augmenté les embouteillages. Par contre, la plupart des sondés sont favorables à la création de parkings (85 %) ou à la mise en place d’un péage urbain (74 %) aux portes de Paris, pour désengorger le trafic. Des mesures de bon sens !

Il n’est pas sûr que ces mesures soient celles privilégiées par la municipalité parisienne dans les prochaines années. La généralisation, d’une part, de la circulation alternée en cas de pic de pollution et, d’autre part, des zones expérimentales à 30 km/h dans toute la capitale, à horizon 2020, font partie des pistes privilégiées. La voiture (électrique) et les transport doux ont de beaux jours devant eux, dans la capitale française !

Crédit photo : autoetstyles.fr – Jean-Charles Desmots

A propos de l'auteur

Né au Mans à la fin des années soixante-dix, j’ai attrapé le virus de l’automobile et des sports mécaniques dès mon plus jeune âge. Passionné par les médias, l'image et ayant la fibre éditoriale, créer un blog auto s’imposait comme une évidence.

Laisser un commentaire