Le 16 février dernier, Renault annonçait la renaissance de la marque fondée en 1955 par Jean Rédélé, avec la présentation du showcar Alpine Vision.

Cette auto, directement inspirée de la mythique berlinette A110, préfigure le futur modèle de série, qui sera assemblé dans l’usine de Dieppe. Renault a prévu de dévoiler le modèle de série d’ici la fin de l’année. Tout comme sa devancière, l’Alpine Vision propose un design épuré, des courbes douces et une grande agilité, autant de caractéristiques ayant contribué à forger la popularité de l’A110 auprès des passionnés d’automobiles sportives du monde entier, dans les années 60-70. En 1954, l’Alpine A110 avait été conçue comme une automobile sportive, capable d’évoluer aisément sur les routes de montagne les plus sinueuses.

Alpine Vision : la sportivité à l’état pure

A l’instar de la berlinette, l’Alpine Vision propose un design ainsi qu’un intérieur en accord avec son nom et son territoire de prédilection, la montagne. Mais Alpine incarne aussi la sportivité, une dimension bien présente chez l’Alpine Vision, en particulier au niveau de l’habitacle. Le cockpit utilise abondamment des matériaux comme le cuir, l’aluminium et le carbone, tant en ce qui concerne la console que les portières. Alors que sa devancière bénéficiait du moteur de la R8 Gordini, l’Alpine Vision disposera d’un moteur à quatre cylindres turbo badgé Renault Sport, permettant d’atteindre les 100 km/h en moins de 4,5 secondes.

Copyright : Alpine

La compétition dans l’ADN de la marque Alpine

Jean Rédélé était un passionné de compétition automobile. Il lancera l’Alpine A106 en 1954, en souvenir de sa victoire acquise dans la Coupe des Alpes (1). Trois ans plus tard, il imaginera la berlinette Alpine A108, avant d’en engager deux exemplaires sur le Tour de France auto 1960. L’A108 préfigure le design de la berlinette A110, qui conservera à peu de choses prêt la même carrosserie, de son élaboration, en 1963, à la fin de sa période de production, en 1977 (2).

Entre temps, la berlinette fit la fierté de la France entière. A partir de 1971, Renault avait concentré ses efforts sur Alpine pour son activité compétition, avec le succès que l’on sait – La berlinette fut sacrée championne du monde des rallyes en 1973 et l’A442B remporta les 24 heures du Mans en 1978. Ce n’est donc pas un hasard si Alpine a fait son retour sur les circuits dès 2014, avant même la présentation d’un showcar, en février 2016.

En 2013, Alpine faisait son retour en endurance, dans le championnat ELMS (Endurance Le Mans Series) et aux 24 Heures du Mans, par l’intermédiaire du team Signatech. En 2016, l’écurie est présente dans le championnat du monde d’endurance (WEC) et dans la classique mancelle, avec deux prototypes LMP2. En juin 2015, à l’occasion de la 83e édition des 24 Heures du Mans, Renault avait déjà présenté le showcar Alpine Célébration, pour fêter les 60 ans de la marque, dévoilant ainsi les premiers indices du futur modèle de série. Rendez-vous d’ici fin 2016 pour le lancement officiel !

(1) Spider Story – Wake Upp Editions, 1996
(2) Voitures de sport de collection – Hachette Collections (Sous la direction de Patrick Lesueur), 2005

A propos de l'auteur

Né au Mans à la fin des années soixante-dix, j’ai attrapé le virus de l’automobile et des sports mécaniques dès mon plus jeune âge. Passionné par les médias, l'image et ayant la fibre éditoriale, créer un blog auto s’imposait comme une évidence.

Laisser un commentaire